Feeds:
Posts
Comments

Archive for June, 2012

In this video from the YouTube channel Ça finit là, a father (and actor) talks about bullying to raise awareness about the problem.

Quand vous pensez à l’intimidation souvent on a l’impression qu’on a affaire à des gens qui sont peut-être plus faibles, c’est eux qui sont intimidés par les plus forts… les gens qui sont différents, des gens qui sont bizarres, des gens qui sont… étranges. Je veux juste dire que l’intimidation, ça peut arriver à n’importe qui.

Ma petite fille a été intimidée à l’école au début de l’année. Ma petite fille, c’est une fille qui est intelligente, qui est forte de caractère, qui est belle, qui est souriante, qui est de bonne humeur, qui aime la vie, qui aime les autres — et elle a eu cette aventure-là dans sa vie à elle.

Et comme père, moi, ça m’a surpris au plus haut point. Ça m’a donné une claque sur la gueule de voir que ça peut arriver à n’importe qui. Fait que je veux juste dire que l’intimidation à l’école… ça finit là.

Read Full Post »

Nous avons tous été bouleversés par les images en provenance d’Haïti. Un tremblement de terre de force 7 sur l’échelle de Richter a détruit la capitale Port-au-Prince et a dévasté une grande partie du pays. Voyons ce qui s’est passé sur le plan géologique.

L’île d’Hispaniola, qui abrite Haïti et la République dominicaine, est assise au point de rencontre de deux plaques tectoniques — la plaque nord-américaine et la plaque caribéenne. Tout le long de ces deux plaques, de nombreuses failles qui laissent échapper l’énergie accumulée, sauf la faille Enriquillo-Plantain-Garden. Cette faille est bloquée depuis 250 ans. L’énergie accumulée y est donc colossale.

Port-au-Prince est construite sur cette faille, une faille qu’on appelle « décrochante », comme la fameuse faille de San Andreas en Californie. Le 12 janvier dernier, à 16 h 53, l’horreur frappe. C’est le décrochement, un mouvement de coulissage se fait sur une cinquantaine de kilomètres le long de la faille Enriquillo-Plantain-Garden. L’un des côtés se soulève de plus d’un mètre. La terre tremble pendant une minute — une éternité.

Les dommages sont énormes parce que l’épicentre du séisme se situe non seulement tout près de Port-au-Prince, soit à 16 kilomètres, mais aussi à faible profondeur, à quelques 8 à 10 kilomètres de la surface. Ce type de tremblement de terre affecte des territoires plus restreints, mais ils sont généralement plus violents avec des répliques nombreuses qui peuvent durer plus d’un an, des répliques qui viennent terminer la destruction initiée par la première secousse.

Pourtant on ne devrait pas se surprendre de cette catastrophe, car la ville avait déjà été partiellement détruite en 1751 (dix-sept-cent-cinquante-et-un) et 1771 (dix-sept-cent-soixante-et-onze). Pour les géologues, ce qui est arrivé en Haïti était inévitable. La reconstruction de Port-au-Prince devrait tenir compte de cette réalité, car là où il y a eu un séisme majeur, il y aura encore un séisme majeur.

Read Full Post »

Update: tou.tv removed the La Galère videos from their YouTube channel just after I posted this entry; the video below is no longer available.

In entry #479, I suggested checking out the Les Parent (season 4) playlist on the tou.tv YouTube channel.

Another series from Quebec to check out is the La Galère (season 4) playlist.

In a scene from La Galère, which starts at 22:40 in the video above, we hear an informal pronunciation of lui.

Claude (the woman smoking the cigarette) warns her friend Mimi that Dominic has just arrived at their house. (He’s the guy on the motorbike.) Claude runs up to Mimi’s room and warns her:

Dominic s’en vient. Là, tu lui dis que tu veux plus jamais lui voir la face!
Dominic is coming. You’re gonna tell him that you never wanna see him again!

But if you listen carefully, it sounds like this:

Dominic s’en vient. Là, tu y dis que tu veux plus jamais y voir la face!

You can always pronounce lui as lui yourself. Just make a mental note that sometimes you’ll hear lui pronounced informally as y. (If you’re curious: If lui is pronounced informally as y, it only happens before a verb: j’y dis, j’y donne, y voir la face…).

This series is full of informal pronunciations and expressions. You’ll probably find this series challenging, but the language in it is a good indication of what you’ll hear during everyday conversations in French.

Read Full Post »

– Salut Jean!

– Salut!

– As-tu vu mon auto? J’ai décidé de m’gâter cet été… est décapotable.

– Wow. As-tu vu mon café Tim glacé? J’ai décidé de m’gâter cet été. Yé*… euh… décapotable. Excellente consommation.

Sucré, crémeux et fait d’un mélange de café de première qualité, servi sur glace. Le Tim glacé, 99 sous, pour un temps limité cet été.

– Ralentis, tu vas avoir une contravention!

Toujours frais, toujours vrai.

* = an informal pronunciation of il est

Read Full Post »

Here’s another video to help you develop your French vocabulary related to the environment. If you like this video, a similar one was put online in entry #478.

Depuis quelques décennies, on constate une augmentation de la température à l’échelle planétaire. Une augmentation de quelques degrés peut sembler agréable, mais le réchauffement climatique n’amène pas nécessairement le beau temps. Qu’en est-il exactement?

Le Soleil réchauffe la Terre qui absorbe une partie de la chaleur. La Terre en retourne aussi dans l’atmosphère. L’atmosphère agit comme une serre en retenant cette chaleur. On appelle ce phénomène l’effet de serre. Ce sont les gaz à effet de serre, les GES, comme le CO2 qui sont responsables de ce phénomène. Des GES sont émis naturellement, notamment par la respiration des êtres vivants et les volcans. Mais les activités humaines en émettent aussi de plus en plus.

Avec l’augmentation des GES, la température grimpe constamment et le climat se dérègle. C’est ce qu’on appelle le changement climatique. Partout dans le monde, les effets des changements climatiques se font sentir. Les glaces fondent. Le niveau de la mer augmente. Des espèces animales et végétales ont de la difficulté à s’adapter. Certains habitats pourraient même disparaître. Des évènements météorologiques extrêmes surviennent plus fréquemment.

Le Québec n’y échappe pas… augmentation des vagues de chaleur et des épisodes de précipitations abondantes menant à des crues éclair qui causent des inondations ; dégradation du pergélisol au nord sur lequel on a construit des bâtiments, des routes et des pistes d’atterrissage ; accélération de l’érosion des berges dans les régions maritimes.

Les changements climatiques ont des coûts — sur le plan de la santé publique, de l’environnement, des infrastructures et de l’économie. Le Québec l’a bien compris. Il s’est fixé une cible particulièrement ambitieuse, celle de réduire de 20 pour cent ses émissions de GES sous le niveau de 1990 (mille-neuf-cent-quatre-vingt-dix) d’ici 2020 (deux-mille-vingt). Pour y parvenir, il a mis en place des mesures qui visent les principaux secteurs émetteurs de GES, comme les transports et les industries.

Mais comme les impacts des changements climatiques se font déjà sentir, le Québec prend aussi le moyen pour s’y adapter. La stratégie gouvernementale d’adaptation aux changements climatiques identifie les secteurs de la société les plus vulnérables et les interventions nécessaires, par exemple : prévenir les impacts des vagues de chaleur en aménageant des espaces verts qui procurent de l’ombre et diminuent la température ; protéger les sources d’eau potable et mieux gérer les eaux de pluie ; mettre en place des systèmes de prévision et d’alerte en cas de sinistre ; protéger les réseaux de distribution et d’électricité, ainsi que les infrastructures de transport comme les routes et les ponts.

Les changements climatiques nous dictent d’agir rapidement, non seulement en améliorant notre bilan de GES, mais également en favorisant l’adaptation de la société québécoise. C’est ce que le Québec fait. Le Québec en action, vert 2020.

Read Full Post »

In this 2012 interview, Guy A. Lepage talks about music, the Fête nationale, what Quebec means to him, and the anthem he’d choose for Quebec. You can listen to the song that he mentions here.

— Guy A., comment tu vas?

— Ça va bien.

— Dis-moi, Guy A., est-ce qu'[il] y a une chanson québécoise cette année que tu as aimée ou qui t’a accroché?

— Cette année, [il] y a le disque d’Ariane Moffatt, pour l’ensemble de son œuvre. J’sus un fan d’Ariane mais son dernier disque était impeccable. Je l’ai écouté plusieurs fois. Et là, tout récemment, le disque « Astronomie » du groupe Avec pas d’casque.

— Est-ce qu'[il] y a une chanson en particulier sur l’album?

—  « Je voudrais, je voudrais que la journée qui s’en vient soit flambant neuve. » [écouter] Ça, j’aime beaucoup beaucoup beaucoup ça.

— Si je te demande de me raconter une Fête nationale dont tu vas te rappeler toute ta vie ou qui a été super mémorable?

— Ben, celle juste avant l’élection du Parti québécois, en 76. J’avais 16 ans. Elle a pas été mémorable que pour moi, elle a été mémorable pour à peu près tout le monde au Québec. [Il] y avait René Lévesque et les artistes québécois et… qui ont contribué à un éveil national et collectif, et moi ça m’a… ç’a changé ma vie.

— Qu’est-ce que ça représente pour toi le Québec?

— Un pays en devenir, une nation certainement, et présentement un climat d’indignation sociale à tous les niveaux, très effervescent, très émergent et qui pourrait se concrétiser en n’importe quoi, allant de quelque chose de très pacifique à très violent.

— Guy A., si on te confiait la tâche de nous composer un hymne national pour le Québec, ça ressemble à quoi?

— Eh ben, je dirais « je voudrais, je voudrais que le pays qui s’en vient soit flambant neuf ».

— Ça ressemble à quelque chose qu’on connaît, ça!

— Oui, [il] faudrait que j’en parle, c’est librement inspiré.

— Je pense qu'[il] y a des droits d’auteur là-dessus!

— Oui, [il] faudrait que j’en parle au groupe Avec pas d’casque, mais euh…

— Merci, et en te souhaitant la plus belle Fête nationale, merci.

— Je souhaite une bonne Fête nationale à tous ceux et celles qui sont fiers d’être québécois et québécoises.

Read Full Post »

Every 24 June, Quebec celebrates la Fête nationale du Québec, also known as la Saint-Jean-Baptiste or simply la Saint-Jean. When francophones say bonne Saint-Jean!, they are wishing a happy Saint-Jean-Baptiste Day.

In the video below, we hear singer Vincent Vallières speak about the holiday during an interview from 2011.

— Vincent, je commence avec une grande question : Est-ce qu'[il] y a un personnage, ou icône, québécois qui t’inspire?

— [Il] y en a plusieurs mais, une icône là, vraiment là, je dirais que spontanément ce qui me vient en tête c’est René Lévesque. Je trouve que René Lévesque c’était un homme qui a tellement marqué le Québec moderne que… propulsé le Québec dans l’avenir et pis qui a donné confiance a une génération de Québécois, leur a donné confiance en leurs moyens et leur a permis de constater qu’on pouvait s’appartenir, en fait.

— Est-ce que, Vincent, t’as une chanson québécoise que tu préfères ou qui t’a marqué?

— Je te dirais que « Quand les hommes vivront d’amour » de Raymond Lévesque, je pense qu’il faut vraiment la considérer comme… même dans le patrimoine mondial, comme probablement une des plus belles chansons pour la paix.

— Est-ce qu'[il] y a un artiste ou une personne avec qui tu voudrais te retrouver sur scène, avec qui t’as pas eu la chance de le faire encore?

— Moi, j’aimerais beaucoup chanter un jour si possible avec monsieur Gilles Vigneault. Pis j’aurais beaucoup aimé avoir la chance de côtoyer Félix Leclerc. La même chose avec Pauline Julien aussi. Ç’a été une voix importante là, une voix dans tous les sens du terme importante, au Québec, dans les années 70 (soixante-et-dix). Donc, oui, c’est une femme qui nous manque beaucoup, je pense.

— Vincent, est-ce que, dans tous tes souvenirs, [il] y a une Saint-Jean que tu considères comme mémorable? Peu importe la raison!

— Je me rappelle d’une Saint-Jean dans le bout de Shawinigan qu’on a faite avec une gang de gens que, je dirais, étaient vraiment sur le party, c’était vraiment… tout le monde dansait, chantait, c’était démesuré comment on avait du plaisir. Et quand le feu de joie a embarqué, quand (qu’)il a été allumé, c’était de loin le plus gros feu de joie que j’avais vu de toute ma vie. Je me disais, mon Dieu, ça manque clairement de clôtures et de sécurité!

— [Il] y a quelqu’un qui va perdre des cheveux, là!

— Ah oui, tôt ou tard [il] y a quelqu’un qui va passer au feu icitte, là.

— Est-ce qu’il y a une région en particulier où tu retournerais… à part Shawinigan!… où tu retournerais fêter la Saint-Jean?

— Je te dirais, j’aimerais beaucoup chanter dans le coin du lac Saint-Jean, dans… peu importe la ville, une ville… une des villes qui est aux abords du lac Saint-Jean, parce que les gens là ont une fibre patriotique très très intense, très forte, et sont solidaires quand vient le temps de fêter.

— Entretemps, merci infiniment pis bonne Saint-Jean.

— À vous tous qui êtes là au parc, au parc Maisonneuve, à Montréal, avec nous pour fêter, je nous souhaite une bonne Saint-Jean, bonne fête nationale, et beaucoup d’espoir dans les années à venir pour notre beau peuple québécois.

Read Full Post »

Older Posts »