Feeds:
Posts
Comments

The British are known for how seriously they take queueing up, but I say the Québécois are just as particular. It’s not for nothing “Québec” shares the same first three letters as “queue.”

(Before I go on, I know that “queueing” can also [or should?] be spelled “queuing,” but I like all the vowels in “queueing.” Humour me.)

There are four times in particular where you break queueing rules at your own risk:

1. Waiting for the bus
2. Waiting to be served at the cash
3. Waiting for the bank machine
4. Using an escalator

You’ll see lines form spontaneously at a bus stop. The first person stands where the pole is, and the people who arrive after that person line up behind. If you arrive last but get on the bus before the others, be prepared for some nasty looks or comments.

People queue up in the métro too, but it’s less strict than at bus stops. There’s less time to be so particular about it because the doors aren’t going to stay open forever. But even then, I think most people have the expectation that you’ll attempt to queue up behind those arrows.

In places where you pay at the cash, you’ll also see lines form. It’s even common to see the next person to be served leave more than a metre of space between him and the person already being served at the cash, rather than stand right behind the person being served. If you’re from a place where people rush to the cash to be served, you may not even realise that person is waiting to be served next.

I remember a time when I stood two metres away from the cash looking at the overhead menus deciding what to order, and three people asked me if I was waiting to be served. I had to move even farther away to stop confusing people.

The same goes for bank machines. People will leave more than a metre of space behind the person already using the machine. Everybody queues up behind the next person in line.

On an escalator, the right side of the step is for standing, the left side of the step is for walking up or down. You’ll often see everybody lined up on the right side of the escalator with the left side unobstructed for those who want to pass by quickly.

If you stand on the left side of the step instead of the right side, you’ll probably set off some huffing and puffing behind you if someone wants to get past but is too polite to tell you to get out of the way.

How do you say “queue up” or “line up” in French? You might come across three ways:

faire la file
faire la queue
faire la ligne

I might suggest you use faire la file.

Faire la ligne is felt by some people to be incorrect because it’s influenced by the English word “line.”

As for faire la queue, it’s considered to be entirely correct, but it’s a little iffy for some people because queue can refer informally to the penis.

If you say faire la file, you’re always in the clear!

Rabii Rammal writes about the overuse of text messages in a relationship, even when the subject matter is important. He says:

Même les affaires importantes. Genre quand on se chicane, on s’envoie des romans.

Even important stuff. Like when we fight, we send each other novels.

They don’t really send each other novels of course, just really long text messages.

As you listen to spoken French, have you heard genre used like that? It means “like” when giving an example of something. We can say it’s a colloquial way of saying par exemple.

In another example using genre, Rabii talks about going overboard with saying thanks in certain situations:

Genre je peux remercier le facteur qui me remet une lettre, mais je ne peux pas remercier un facteur que je croise dans la rue pour l’ensemble de son œuvre.

For example, I can thank the mailman who delivers a letter to me, but I can’t thank a mailman who I bump into in the street for the entirety of his career.

Harriet mentioned in a comment that she learned the difference between the words facture and facteur. Une facture is a bill. Cashiers also often use this word in the sense of receipt. (Voulez-vous la facture? Do you want the receipt?) Un facteur delivers the mail.

A reader of OffQc will be travelling to Montréal and had some questions for me about informal and formal language. I’m going to answer here because I’m sure others have similar doubts.

He asks:

In your blog, you make it clear when something is informal vs. formal. So, in my interactions, which will be mostly buying things and asking directions, I can stick to the formal usage but perhaps it would be helpful to recognize the informal usage, is that about right?

In the situations that you’re likely to find yourself in as a tourist, most of those situations are probably informal language situations. By informal, I mean normal sounding and feeling language.

Consider this sentence pair in English:

I do not think I am going to go.
I don’t think I’m gonna go.

If you were to say these to someone in a conversation, which one feels more normal to you? The second one, right? The way that second sentence feels to you is what I call informal on the blog. It feels normal. It doesn’t feel stiff like the first one. Is there even a time when you’d be likely to say the first one to someone?

Speaking with friends, talking to shop assistants, addressing a stranger in the street, all of these situations call for normal language. Even in situations where you’re on vous terms with someone, it’s still common to hear informal contractions and dropped words — y’a (for il a, il y a), dropping ne in ne…pas, using the informal yes-no question marker tu (like ça se peut-tu?), j’su’s (for je suis), etc. Contractions are a normal part of usage and there’s no escaping learning them.

Other than using vous with certain people, I really can’t think of any typical situations as a tourist in Montréal where you’d be required to speak formal language (no informal contractions, no dropped words, no informal vocabulary). That said, if the only French you know is a more formal sounding French, then go ahead and use it. Use whatever French you know.

He also asks:

Furthermore, verbs like pogner and niaiser and capoter, are those considered standard or are they more colloquial, or perhaps even vulgar? Are they ok to use on a crowded métro?

These three verbs are never vulgar. Go ahead and use them in a crowded métro. Their use is perfectly normal. The Québécois use them all the time in regular conversations. On your trip to Montréal, I really can’t think of any situation at all where they’re likely to be inappropriate. Fire away!

He also asks:

[...] but when I’m in Montreal, when they hear my metropolitan accent and hear me struggling with verb tenses, if they start talking to me in English I will be mortified! Would the best way to prevent that be to just focus on the accent and master some quebecois vocabulary, and not focus too hard on things like contractions?

It’s going to happen. Someone’s going to switch to English on you — I can almost guarantee it. It’s not worth getting worked up over. It hurts the pride a little, but let it go, and don’t be mortified. I’m sure your French is really good.

When you’re in Montréal, remember that it’s okay (and necessary) to make mistakes, and that includes saying inappropriate things in French and saying them with a horrible accent. Enjoy your holiday and speak lots of French!

How good is your Québécois French coming along? Take the quiz and find out! For each question, find the correct French translation of the English sentence in bold.

There’s only one correct answer for each of the three choices. The other two sentences are either full-on fake or weird-sounding Québécois or answers with some sort of mistake in them, so don’t be fooled!

The answers come after the flag below. Have fun, là!

1. You’re gonna go crazy.
a. Tu vas virer folle.
b. Tu vas pogner un flyé.
c. Tu vas te crisser folle.

2. Wow, check it out!
a. Wow, check ça bien!
b. Wow, check ben ça!
c. Wow, check-tu ça ben!

3. I don’t like it one bit!
a. J’aime pas ça pantoute!
b. J’aime pantoute ça du tout!
c. Pantoute que j’aime pas ça, bon!

4. Why did you say that?
a. Pourquoi t’as-tu dit ça?
b. T’as-tu dit ça pourquoi?
c. Pourquoi t’as dit ça?

5. Can that possibly be?
a. Ça peut-tu?
b. Ça peut, là?
c. Ça se peut-tu?

6. Did you see that?
a. T’as vu-tu ça?
b. T’as-tu vu ça?
c. As-tu vu-tu ça?

7. Beats me. (Who knows.)
a. Fouille-moi, là.
b. Bouille-moi, là.
c. Couille-moi, là.

8. Stop kidding around.
a. Arrête de pogner la poutine.
b. Arrête de foutre la joke.
c. Arrête de niaiser, là.

9. OK, don’t get angry!
a. OK, capote pas, là!
b. OK, prends pas la capote!
c. OK, décapote pas, là!

10. I totally love it!
a. Je tripe fort dessus!
b. Chu full tripé en-dedans!
c. Chu contre-tripé en masse!

quebecois-french-quiz

Answers
1a, 2b, 3a, 4c, 5c,
6b, 7a, 8c, 9a, 10a

Do you remember chu, that informal pronunciation of je suis used in Québécois French?

je suis > j’suisj’su’s = sounds like chu

Sometimes you’ll also see chu spelled as chus. Either way, it sounds like chu. But what about chu-tu? What does it mean in the questions below?

Chus-tu la seule à faire ça?
Chu-tu en train de virer fou?

If chu means je suis, does that mean chu-tu means je suis tu? Yes! But it most definitely doesn’t mean something like “I am you.”

If you read OffQc, there’s no fooling you — you know tu here is used to ask yes-no questions and has nothing to do with the second-person singular subject tu.

You can replace the tu with oui ou non to help you understand the questions.

Chus-tu la seule à faire ça?
Chus-[oui ou non] la seule à faire ça?
Am I the only one who does that?

Chu-tu en train de virer fou?
Chu-[oui ou non] en train de virer fou?
Am I going crazy?

Asking yes-no questions with tu is an informal equivalent of asking yes-no questions with est-ce que. The difference is that est-ce que goes before the subject and verb, but tu goes after them.

Est-ce que c’est vraiment ça?
C’est-tu vraiment ça?

Est-ce que je suis le seul à faire ça?
Je suis-tu le seul à faire ça?
But pronounced:
Chu-tu le seul à faire ça?

Est-ce que tu as vu ça?
Tu as-tu vu ça?
But pronounced:
T’as-tu vu ça?

Est-ce que je suis en train de virer fou?
Je suis-tu en train de virer fou?
But pronounced:
Chu-tu en train de virer fou?

When the letter t appears before the French u sound, it’s pronounced ts (like the ts sound in the English words cats, bats and hats).

Chu-tu is really pronounced chu-tsu.
C’est-tu is really pronounced cé-tsu.
T’as-tu is really pronounced tâ-tsu, etc.

It’s a small difference, but the Québécois will hear it. If you’re not sure what this ts thing sounds like, there’s only one remedy — start listening to lots of spoken French from Québec. If you haven’t listened to much spoken French before, you might not notice the ts sound at first. But once you’ve managed to hear it, you’ll realise just how prevalent its use really is.

Check out the text on this sign in a Montréal street promoting a beer:

Pas besoin d’avoir 56 sortes de verres, est bonne direct dans bouteille.
No need for 56 kinds of glasses, it’s good straight from the bottle.

Hmm. Aren’t there are few words missing in the French text?

Why does it say est bonne instead of elle est bonne? Where’s the subject?

And why does it say dans bouteille instead of dans la bouteille? Where did the la go?

Did they run out of room on the sign? No, it’s got nothing to do with that.

The authors have chosen to use an informal style of French here. It sounds the way someone might say it in a real conversation.

elle est bonne
‘est bonne (informal usage)

dans la bouteille
dans’ bouteille (informal usage)

What’s going on in those informal versions? Contractions, that’s what!

When elle and est come together, you’ll notice they sometimes contract to ‘est. It sounds like è.

Similarly, when dans and la come together, you’ll notice they tend to contract to dans’.

T’es dans’ marde!
[tu es dans la marde]
You’re screwed now!

Y m’a ri dans’ face.
[il m'a ri dans la face]
He laughed in my face.

‘Est don’ ben belle.
[elle est donc bien belle]
She’s so pretty.

There’s one more bit of text down at the bottom of the sign:

La bière sérieuse qui se prend pas au sérieux.
A serious beer that doesn’t take itself seriously.

You’ve got lots of videos featuring speakers from Québec in the Listen section, so let’s put two of them to good use by looking at how the Québécois pronounce â.

The Québécois â sound is one of the most distinctive features of the Québécois French accent. For speakers of French from abroad, the Québécois â stands out immediately when they listen to the Québécois speak.

For a Québécois speaker, patte and pâte don’t sound the same. As an approximation, we can say patte sounds a little like the English word “pat,” and pâte a little like “pot.”

The â sound doesn’t just appear in words written with the accented â. You’ll also often hear it in words where a appears before an s, r, z or aille sound, like in classe, barrer, gaz, paille. Be sure to check out this list of 50 words that use the Québécois â sound even though they aren’t written with â.

In the video below, Ricardo uses the â sound when he pronounces the word carré. I’ve highlighted this word where it appears in the transcription. Here are the exact moments where you can hear it said:

– 0:37
– 0:46
– 0:58

Avant de peler ou de trancher une mangue, il faut savoir qu’est-ce qu’on veut faire avec la chair. Si on veut se faire des cubes par exemple, on commence pas par la peler, on veut la trancher. Ce qui est à se rappeler c’est que le noyau est long et plat, donc on veut couper notre mangue en deux sur la longueur, et on fait glisser la lame contre le noyau.

On voit très bien la forme du noyau qui est très plat, et il reste un peu de chair autour, on la jette pas, on la gruge directement, les enfants adorent ça. Maintenant, pour faire des cubes, on va prendre notre couteau et on va faire des carrés [0:37], en fait directement dans la chair, sans transpercer la peau. Et on va le faire dans les deux sens, vraiment on veut obtenir des carrés [0:46].

Et en faisant les cubes, essayez de pas transpercer la peau. C’est pas un drame mais ça va mieux parce qu’après on veut faire une pression dessous pour vraiment faire ressortir tous ces beaux carrés-là [0:58], c’est très beau. Des fois on peut même mettre ça tel quel comme décoration dans un plateau de fruits. Pour retirer les cubes, on prend le couteau, tout simplement, puis on glisse la lame le plus près possible de la peau pour pas gaspiller. Voilà pour les cubes.

Disons qu’on veut se faire des tranches de mangue. À ce moment-là, il faut commencer par peler la mangue. Ensuite, on va retirer le noyau. Et maintenant pour faire les tranches, pas compliqué. Et pour faire un éventail, c’est pas compliqué. On fait des tranches, mais pas jusqu’à l’extrémité. Alors cubes, éventail ou tranches!

Let’s listen to Cynthia Dulude now. Like Ricardo, she also pronounces carrés with a noticeable â sound. It’s also very clear in her pronunciation of dépassez and relâche. I’ve highlighted these three words below. Here’s where to find them if you want to jump around in the video:

– 2:03 carrés
– 3:01 dépassez
– 4:21 relâche

Vous avez de la difficulté à appliquer votre eye-liner? Inquiétez-vous pas, selon moi c’est une des choses les plus difficiles à faire en maquillage. Aujourd’hui j’suis là pour vous donner tous les conseils que je connais au niveau du eye-liner, tout pour vous faire des beaux yeux de chat.

Tout d’abord, il faut choisir le type de eye-liner. Sans un bon produit, vous arriverez jamais à faire un beau trait. Tout d’abord, il y a les très populaires crayons. Il faut penser à aiguiser souvent la mine si on veut que le trait soit fin, mais c’est pas ce qui donne le trait le plus précis. Ensuite il existe les eye-liners liquides, soit à pointe feutre ou poils. Ça donne un trait très fin et précis, et c’est le eye-liner qui est le plus noir. Une alternative plus simple aux eye-liners liquides, c’est les ombres à paupières qu’on vient mouiller. Ça donne absolument le même résultat. Vous avez juste à mélanger un petit peu d’eau comme le Fix+ de MAC et ça vous donne un beau trait précis noir. Finalement, il existe les eye-liners crème ou gel qui peuvent se porter autant à l’extérieur qu’à l’intérieur des yeux, et qui sont généralement longue tenue.

Ma méthode préférée, c’est l’ombre à paupière qu’on mouille parce que ça glisse pas trop, donc moins de dérapage et je peux approcher mes doigts très proche des poils, donc plus de contrôle. Mon premier conseil, il est très important. Au lieu de tracer votre trait à main levée dans un miroir devant vous, inclinez le miroir par en bas, donc vous allez être plus haute que le miroir, vous vous regardez d’en haut autrement dit, et automatiquement la pointe du crayon va venir se poser sur le petit rebord de paupière sur les cils supérieurs, et vous allez avoir un trait parfait. C’est très important aussi de prendre appui sur votre visage et avec votre coude au besoin. Vous êtes prêtes? C’est parti!

Alors, ici on voit bien que j’appuie vraiment le pinceau sur le rebord de mon œil, que je suis la ligne des cils, et c’est ça qu’il faut faire si vous voulez avoir un trait qui est très fin. Pour où commencer le trait, moi je dirais, dès que vous voyez les premiers cils environ, que j’appelle communément les « bébés cils », et on essaie de faire des traits qui sont longs pour pas avoir trop de petits traits carrés [2:03]. J’arrête juste ici à la fin de mon œil parce que tantôt je vais vous montrer comment étirer pour faire un œil de chat. Et là, je fais juste des petites retouches qui peuvent se faire l’œil ouvert ou fermé. Si jamais ça tremble trop, sentez-vous bien à l’aise de tenir votre paupière avec un doigt sans étirer.

Maintenant on va passer à notre petite pointe œil de chat, donc saviez-vous que pouviez utiliser du papier collant pour vous aider à enligner le trait? Vous avez simplement à imaginer qu’il y a une ligne invisible qui part d’en dessous de vos yeux, donc dans la ligne des cils, et qui monte vers la fin de votre sourcil. Et posez délicatement le papier collant, je veux pas que vous vous fassiez mal au coin externe de l’œil. Et ensuite vous avez juste à tirer un petit trait qui va être plus fin, c’est-à-dire qui peut être large au coin externe, mais il faut vraiment que ça se termine par une pointe, donc pas de grosses fins de eye-liner épaisses s’il vous plaît, les amies. C’est beaucoup plus élégant quand c’est fin et mince. Vous pouvez l’étirer assez long mais jamais dépassez [3:01] la fin du sourcil.

Ensuite j’enlève délicatement le papier collant et vous voyez que ça fait une ligne qui est très droite, et ça vous aide à faire des lignes symétriques des deux côtés. Ensuite si c’est allé trop bas, vous pouvez faire des petites retouches avec un Q-Tips et du démaquillant sans huile. Un autre truc que je peux vous donner si vous voulez avoir une belle pointe au coin externe, c’est de prendre une carte d’affaires. Donc je l’ai enlignée pareil comme tantôt vers la fin de mon sourcil, et je fais tout simplement glisser le crayon juste en haut de la carte d’affaires. Ensuite on peut la mettre par en haut et venir rejoindre les deux lignes en remplissant le petit triangle noir, comme j’appelle. Bon, dans mon cas, ça allait pas assez bien donc je l’ai fini à la main comme je me sentais plus à l’aise. Et j’ai décidé d’épaissir mon trait au coin externe, donc vous voyez là, je triche vraiment. J’ai épaissi et progressivement ça vient se fondre avec mon trait qui était déjà là. Donc, c’est un truc que vous pouvez faire pour remonter l’œil pour faire vraiment des yeux de chat.

Et pour faire un trait très fin au coin externe, j’ai pris un pinceau en biseau, et comme le crayon est gras, vous voyez que ça s’étire bien. Maintenant je vais vous montrer une erreur que beaucoup de gens font. Les gens ont tendance à vouloir étirer la paupière à l’horizontale mais quand on relâche [4:21], vous allez voir des fois ça fait le trait un peu croche. Donc, le mieux c’est de tirer la paupière mais vers le haut, comme ça votre paupière va être vraiment laissée plate, en plus si vous avez la paupière qui est ridée, vous allez voir, ça va vraiment vous aider.

Quand vous faites une erreur dans votre eye-liner, au lieu de l’épaissir sur toute la ligne, comme on fait toutes, parce que c’est jamais beau de toute façon, vous êtes mieux de prendre des tout petits Q-Tips et d’effacer ce qui est en trop avec une eau micellaire ou n’importe quel démaquillant qui est non gras parce que sinon ça risquerait de transférer, votre eye-liner pourrait partir plus vite dans la journée.

Voilà, alors j’espère que mes conseils vous ont aidées et que bientôt vous serez toutes des championnes du eye-liner, mais rappelez-vous que c’est vraiment beaucoup de pratique. Sur ce, je vous dis à très bientôt, bisous les filles! Merci d’avoir écouté.